Michel Dalberto

Franck, Fauré, Debussy, Beethoven - Piano

Mercredi 12 avril 2017, 20h30
Centre Départemental de Communication

 

Claude de France…

À la fin du XIXe siècle, Paris était incontestablement la capitale culturelle de l’Europe. Effectivement, depuis le milieu du siècle, une tradition avant-gardiste y était bien implantée ; c’est alors que les poètes symbolistes Mallarmé, Verlaine, Rimbaud, Maeterlink et les peintres post-impressionnistes Gauguin, Seurat et Cézanne assaillirent les règles fondamentales du réalisme au XIXe et, fait sans précédent dans l’art, placèrent l’accent sur des éléments purement formels. Claude Debussy (1862-1918) fut l’un des grands responsables de la nouvelle orientation de la musique française. Il fut le plus grand représentant de la musique impressionniste bien qu’il détestât cet épithète et lui préféra les poètes symbolistes. Cependant, l’impressionnisme et Debussy sont à jamais liés car, tout comme les peintres impressionnistes développèrent de nouvelles théories de lumière et de couleur, Debussy créa en musique de nouvelles théories de lumière et de couleur et chercha à capter tant des impressions fugitives que des humeurs.
« Je suis de plus en plus convaincu que la musique, de par sa vraie nature, est quelque chose qui ne peut être coulé dans une forme fixe et traditionnelle, affirmait-t-il. Elle est faite de couleurs et de rythmes. » D’après John Winiarz / 1 février 2000 in www.scena.org

Presse

Michel Dalberto joue Debussy comme un illusionniste fait surgir un nuage de tourterelles, une danseuse, un paysage; ou pour mieux dire, il domine à ce point la science des nuances que chaque séquence musicale est ici magnifiée.
Mediapart

Rencontres
Avant chaque concert, venez à la rencontre des artistes pour un moment d’échanges autour des musiciens, des compositeurs et de leurs œuvres.
De 12h30 à 13h15, Médiathèque Pierre Fanlac, Périgueux

Programme

  • Gabriel Fauré
    Nocturne n°6 op. 63 en ré bémol Majeur
    Impromptu n°3 op. 34 en la bémol Majeur
  • Claude Debussy
    Clair de lune, extr. De la Suite bergamasque
    La Soirée dans Grenade, extr. des Estampes
    Feux d’artifice, Prélude du Livre II
  • Ludwig van Beethoven
    Sonate n°14 op.27 n°2 « Clair de lune »
    Sonate n°23 op.57 « Appassionata »
  • César Franck
    Prélude, Choral et Fugue
 

Michel Dalberto

Né à Paris dans une famille d’origine dauphinoise, Michel Dalberto se forme au conservatoire dans la classe de Vlado Perlemuter, lui-même disciple d’Alfred Cortot.
Après avoir remporté deux des concours internationaux les plus prestigieux, le Clara Haskil en 1975 et le Leeds en 1978, sa carrière s’affirme dans le monde entier. Particulièrement apprécié pour ses interprétations de Schubert (dont il est le seul pianiste vivant à avoir enregistré l’œuvre intégrale pour piano) et de Mozart dont il a joué tous les Concertos, son répertoire englobe également de nombreuses œuvres de Liszt, Schumann, Brahms, Beethoven, Scriabine...
Dès le début de sa carrière, Michel Dalberto est associé à de grands noms de la baguette tels Erich Leinsdorf, Wolfgang Sawallisch, Colin Davis, Frans Brüggen ou Charles Dutoit. Partenaire au concert de Nikita Magaloff et chambriste apprécié, il collabore régulièrement avec Yuri Bashmet, Renaud et Gautier Capuçon, Truls Mork, Paul Meyer, Emmanuel Pahud, ou, dans le domaine vocal avec Barbara Hendricks, Jessye Norman et Stephen Genz.
Après quelques années d’enseignement à l’Académie d’Imola, en Italie, Michel Dalberto est à présent professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Pour le label Aparté, il a entrepris une série d’enregistrements dédiés au grand répertoire français. Chaque compositeur étant enregistré sur un piano spécifique et en public, dans un théâtre différent. Le premier volume, consacré à Debussy, a suscité l’enthousiasme général. A paraître, une monographie d’œuvres de Fauré…