Ensemble Correspondances

Samedi 25 août - 21h - Parc-Gamenson, Périgueux
Le Concert Royal de la Nuit

En 1653, alors que le royaume de France sort de la Fronde des Princes contre le pouvoir royal, Mazarin rentre dans Paris accompagné du jeune Louis XIV. Ce fin politique décide alors d’organiser un de ces grands divertissements, dont il supervise toute la création : Le Ballet royal de la nuit. Le Concert royal de la Nuit mêle des scènes entières de ce ballet, en grande partie perdu depuis sa création et entièrement reconstitué par Sébastien Daucé, à des scènes des premiers opéras italiens représentés en France.

 

Au gré d’allégories, de divertissements et de songes, ce programme inédit vit pour la première fois Louis XIV apparaître en Roi Soleil et retrouve de son éclat avec l’ensemble Correspondances et Etienne Guiol, videodesigner au mapping et à la lumière.

Ensemble Correspondances

Fondé à Lyon en 2009, Correspondances réunit sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé une troupe de chanteurs et d’instrumentistes, tous spécialistes de la musique du Grand Siècle. En quelques années d’existence, Correspondances est devenu une référence dans le répertoire de la musique française du XVIIè siècle. L’attachement de l’ensemble autant à faire revivre des compositeurs à la renommée déjà confirmée qu’à revivifier l’image de musiciens peu connus aujourd’hui mais joués et plébiscités en leur temps a donné naissance à neuf disques salués par la critique : Chocs de Classica, ffff de Télérama, Diapasons d’Or, Echo Preis du World Premiere Recording of the Year 2016, Editor’s Choice de Gramophone, Opera Recording of the Year 2016 pour Limelight Magazine, Prix Charles Cros…

 

Tous ces enregistrements témoignent des fondamentaux de l’ensemble et de l’esprit de découverte qui y prévaut : avec Marc-Antoine Charpentier pour O Maria ! (2010), les Litanies de la Vierge (2013) la Pastorale de Noël et O de l’Avent (octobre 2016) ou le dernier paru, La Descente d’Orphée aux Enfers (2017), Antoine Boësset (L’Archange et le Lys, 2011), Etienne Moulinié et ses Meslanges pour la Chapelle d’un Prince (2015), Henry du Mont dans O Mysterium (2016) ou encore Michel-Richard de Lalande dans ses Leçons de Ténèbres avec Sophie Karthäuser (2015).

 

Fruit d’un travail de recherche de trois ans, la reconstitution exceptionnelle de la partition du Ballet Royal de la Nuit a permis de redécouvrir un moment musical majeur du XVIIè siècle, moment jusqu’alors inouï et qui inaugura le règne du Roi Soleil. Après le succès public et critique du livre-CD paru chez Harmonia Mundi (Le Concert Royal de la Nuit, 2015), ce spectacle hors-normes a revu le jour en 2017 au Théâtre de Caen, à l’Opéra Royal de Versailles et l’Opéra de Dijon, dans une mise en scène contemporaine alliant cirque et danse signée Francesca Lattuada.
 

DISTRIBUTION

Sébastien Daucé : orgue et direction
Lucile Richardot : La Nuit, Venere
Violaine Le Chenadec : Une Heure, Cintia, Une grâce francaise
Caroline Weynants : Euridice, Une grâce française
Caroline Dangin-Bardot : Vénus, Le Silence, Suivante d’Endimion
Deborah Cachet : La Lune, Dejanira, Une grâce, Bellezza
Ilektra Platiopoulou : Giunone
Etienne Bazola : Le Sommeil, L’Aurore
Renaud Brès : Ercole
Nicolas Brooymans : Le Grand homme
David Tricou : Apollo
Jeanne Lefort, dessus
Stéphanie Leclercq, bas-dessus
Clément Debieuvre, haute-contre
Davy Cornillot, Randol Rodriguez, Constantin Goubet, Antonin Rondepierre : tailles
Jan Jeroen Bredewold : basse

Alice Julien-Laferrière, Florian Verhaegen, Sandrine Dupé, Izleh Henry, Kate Goodbehere : premiers violons
Jérôme van Waerbecke, Paul Monteiro, Matilde Pais : hautes-contre de violon
Samuel Hengebaert, David Wish, Matthias Ferré : tailles de violon
Alix Boivert, Mathilde Vialle, Louise Bouedo : quintes de violon
Hager Hanana, Cécile Verolles, Camille Dupont, Marjolaine Cambon, Etienne Mangot : basses de violon
Julien Martin, Matthieu Bertaud : flûtes
Johanne Maitre, Elsa Papasergio, Krzysztof Lewandowski : hautbois
Alexis Lahens : sacqueboute
Jérémie Papasergio : basson
Adrien Mabire : cornet
Sylvain Fabre : percussions
Arnaud de Pasquale : clavecin
Diego Salamanca, Thibaut Roussel : théorbes