Ensemble Masques

Jeudi 30 août - 21h - Abbaye de Chancelade
Bach, ouvertures et suites

Les ouvertures et suites de Bach, interprétées aujourd’hui en formation orchestrale, furent très probablement jouées à l’époque en version de chambre.

 

Dans le cas de la deuxième suite que l’on connaît aujourd’hui en si mineur, une version en la mineur a été retrouvée et exclut l’utilisation de la flûte pour des raisons de tessiture dépassant celle de l’instrument.

 

On peut en conclure qu’elle fut probablement jouée au violon ou au hautbois, version choisie par l’ensemble Les Masques.

Ensemble Masques

Formé d’un noyau de 6 instrumentistes spécialisés en musique baroque, l’Ensemble Masques est reconnu pour son expressivité, l’éloquence et la profondeur de ses interprétations. Il tire son nom des « masques » de l’Angleterre élisabéthaine – spectacles où se mariaient poésie, musique, danse et théâtre.

 

Depuis sa création, l’Ensemble Masques a délibérément choisi d’explorer différents répertoires des 17ème et 18ème siècles et non de se cantonner à un style ou à un genre. Cette curiosité, inséparable de son identité, est le reflet de la réalité de la composition à l’époque baroque dans laquelle se sont croisées et mélangées différentes influences.
Elle a ainsi conduit l’Ensemble à aborder de façon approfondie la musique germanique du 17ème siècle, à révéler l’universalisme et l’humanisme de Telemann, à s’intéresser au parcours initiatique du « Grand Tour », tant de choix artistiques sous-tendus par un goût pour les échanges, les mélanges, les emprunts et la mixité, comme en témoigne d’ailleurs la variété de nationalité des musiciens qui le composent.

 

Ses concerts l’ont emmené à jouer en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne, au Portugal, en Autriche, en Allemagne et au Royaume-Uni au Wigmore Hall de Londres ainsi que dans les principales villes du Canada et des Etats-Unis. Artiste exclusif pour le label ALPHA, l’Ensemble Masques a consacré son dernier enregistrement à des œuvres de G.P. Telemann, CD salué par la presse internationale.  Son enregistrement précédant, consacré au compositeur autrichien presqu’inconnu Romanus Weichlein, fait l’unanimité de la critique, recevant un Diapason D’or, un « Choc » de Classica et « FFFF » de Telerama.


Rencontrez Olivier Fortin à l'Eglise de La Chapelle-Gonaguet - Jeudi 30 août à 14h